Comment préparer un litre de rhum ti punch?

Cocktail emblématique de la culture antillaise et réunionnaise, le rhum ti punch est la boisson conviviale par excellence et l’alcool de toutes les occasions, surtout en apéritif. Comment le préparer ? Nous allons vous livrer notre recette pour préparer un litre de rhum ti-punch. Focus sur le sujet !

Ingrédients

-Ingrédients à acheter

Le ti punch ou ti-ponch est un cocktail très facile à réaliser à condition d’avoir tous les ingrédients à disposition. Pour le préparer, il vous faudra à la base du sucre de canne ou du sirop batterie, du rhum blanc et un zeste de citron vert (de préférence peu juteux mais très aromatique). Cela dit, pour en concocter un litre, il vous faudra alors 1 litre de rhum blanc, ½ verre de sucre de canne et quelques citrons vert.

-Où acheter le rhum et lequel ?

En matière de rhums, qu’il s’agisse de rhum agricole (obtenu à partir du jus de la canne) ou de rhum traditionnel (distillé à base de mélasse), il en existe plusieurs variétés: blanc, ambré, vieux, dark, millésime, overproof ou arrangé. Mais le rhum agricole blanc 100% pur jus de canne est la meilleure sélection pour filer l’accord parfait avec les autres ingrédients de base du ti punch. Il est transparent, doté d’un arôme frais, juste ce qu’il faut pour ressortir le goût du vrai ti punch. Seulement, il doit avoir un moins 50° à 55°. Le rhum blanc Martinique de chez Dillon, le rhum charrette et le rhum blanc la Mauny figurent parmi les plus savoureux. Vous pourrez vous en procurer dans presque toutes les boutiques d’alcool ou sur le site www.archigourmet.com

-Recette

Le ti punch traditionnel, même s’il est facile à préparer, ne doit pas se concocter à la va-vite. Coupez d’abord les citrons en quartier. Déposez les dans un récipient et prenez-en quelque un à presser dans ce même récipient. Ajoutez-y le sucre et mélangez le bien avec les citrons. Puis, versez-y le rhum et prenez votre temps pour bien mélanger les ingrédients. Laissez reposer environ 1 h minimum. Remuez bien le tout avant de servir. Il est à noter que la recette traditionnelle du ti-punch exclue toute utilisation de glaçons afin que le rhum puisse être sec et fort et s’évacuer vite fait par la transpiration.

-Quand déguster

Aux Antilles, selon la vieille tradition, le ti punch se déguste plusieurs fois dans la journée. Dès le lever du soleil pour “prendre le décollage” disent les antillais, jusqu’à “pété-pied” le soir en guise de dernier coup qui mène directement à la sieste. En somme, il faut en boire 12 fois dans une journée, c’est-à-dire, 1 fois toutes les 2 heures. Si aujourd’hui on le boit à l’heure de l’apéritif pour créer des moments de convivialité avec ses proches. Autrefois, les agriculteurs se servaient de cette boisson pour supporter leur dur labeur. C’est pour cela qu’il faut en limiter la dose à chaque descente parce que le but n’est pas de se saouler avec. Chaque verre ne doit alors pas dépasser l’épaisseur d’un petit doigt.

Rhum charrette le best seller

Le rhum ti punch est une boisson alcoolisée qui a trouvé son origine dans plusieurs pays dont les Antilles, la Guyane et La Réunion. Ces pays ont chacun leur recette et leur ingrédient secrets pour réaliser ce cocktail et le rhum charrette est un des best seller dans le domaine à l’île de La Réunion.

Le rhum charrette est une marque de rhum qui doit son nom à l’étiquette verte et jaune sur laquelle on peut voir l’image d’une charrette pleine de cannes à sucre tirée par un bœuf et son propriétaire. Il a été créé en 1972 et appartient depuis 2012 à la Distillerie Jean Chatel. On l’adore parce qu’il met en avant la tradition créole, il est doté de caractère, de finesse et permet surtout de créer facilement un cocktail. De ce fait, en tant que boisson alcoolique, elle ne cesse de faire parler d’elle sur cette île et partout dans le monde entier.

 

Grâce à ses nombreuses qualités, le rhum charrette, qu’il soit nature, arrangé, servi en cocktail, etc. est aujourd’hui le deuxième rhum le plus consommé dans le monde et passe en tête de liste parmi les produits les plus exportés de La Réunion.

Mais ce qui fait sa réputation, c’est qu’il symbolise aussi une culture à part entière. Celle d’agriculteurs laborieux et dynamiques qui se cachent derrière la boisson. En effet, son histoire est en quelque sorte liée à tous ces hommes qui cultivent la canne à sucre pour le fabriquer depuis déjà 3 siècles dans cette île généreuse où l’on peut puiser les meilleures parties de la nature. Et bien sûr, il ne faut pas oublier que le rhum charrette témoigne aussi du savoir-faire et des techniques uniques reçus en héritage depuis ces décennies par tous les rhumiers créoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *