Bricolage

Panneaux japonais : les pièges à éviter

Le standard ou le sur mesure ?

Dans la maison traditionnelle japonaise, le shoji et le fusuma occupaient une place importante. Ils avaient tout d’abord une fonction séparative, ils coulissaient pour moduler l’intérieur de la maison. Le soir venu, ils pouvaient isoler des espaces de couchage mais le jour venu, ils disparaissaient pour créer de grands espaces de jour.

Le shoji avait aussi pour fonction de fermer les rangements mais on le retrouvait aussi en larges « fenêtres chassis » translucides  donnant sur l’extérieur.

Nos panneaux coulissants contemporains ont repris ces 3 fonctions : séparation, fermeture de rangement et surtout habillage des ouvertures donnant sur l’extérieur à savoir les fenêtres et les baies vitrées coulissantes.

Attention aux fausses économies

Il est tentant de nos jours de se projeter d’emblée vers le standard pour des raisons de facilité et d’économie, bien souvent 2 à 3 fois moins cher que le sur-mesure.  Nos conseils :

  • Sur mesure quasi obligatoire en fonction de séparation de pièces, particulièrement en « mur à mur ». Idem pour fermer un placard, il faut tomber juste. Si le standard ne correspond pas en largeur, il faut renoncer à y recourir.
  • Bonne nouvelle, c’est devant nos baies vitrées que l’on retrouve le plus souvent les panneaux coulissants. Dans cette utilisation, le standard peut passer, à condition que la baie ne dépasse pas 240 cm. Il est en effet possible de faire une belle fixation plafond et de dépasser sur les côtés de la baie vitrée à la façon d’un rideau traditionnel.  A l’ouverture, les panneaux iront alors se ranger complètement ou partiellement hors du cadre de la baie.

La Prise des mesures

  • C’est une opération délicate à laquelle il faut apporter toute son attention. Pour la pose de rideaux, l’erreur est permise. En revanche, particulièrement en fixation plafond, l’erreur n’est pas permise.
  • L’erreur à éviter, particulièrement dans l’ancien : prendre la hauteur en un seul point.
  • Notre conseil : prendre la hauteur en 3 points et surtout ne pas oublier de retirer 1 à 2 cm à la plus petite hauteur.

 

 

La pose

  • La difficulté réside dans la fixation du rail, que ce soit en mural ou au plafond. Un professionnel de la pose est équipé pour installer des panneaux japonais de grandes largeurs. Un bricoleur moyen devra demander l’aide d’un assistant dès que le rail dépasse 2 mètres de largeur.

L’entretien

  • C’est à l’achat qu’il faut déjà penser à l’entretien pour des panneaux japonais. Il faut rechercher des matières stabilisées dont le retrait n’excédera pas 1% après lavage. Cela parait peu mais sur une hauteur de 250 cm, cela fait 2.5cm. Si jamais 2 cm ont déjà été enlevé à la confection, nous créons un jour de pratiquement  5 cm en bas de panneaux.  Le même effet qu’un pantalon trop court, c’est totalement inesthétique.
  • Notre conseil : portez votre choix vers des panneaux polyester, à condition de bien respecter les consignes d’entretien, vous n’aurez pas de mauvaises surprises.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × cinq =